.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 ♣ ANNEXE : Le Livre de la Sainte Marie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Master of your Life
avatar

Messages : 119
Date d'inscription : 05/07/2010


Le Sujet ♣ ANNEXE : Le Livre de la Sainte Marie fut posté Ven 16 Juil - 23:35


Il Libro Di
MARIE SANTA





Prologue
" Ce qui fut, cela sera ; ce qui s'est fait se refera ; et il n'y a rien de nouveau sous le soleil. "

Et Judas trahit Jésus. On lui cloua les poignets ainsi que les pieds entrelacés à l’immense croix taillée dans du bois d’olivier, qu’il avait dû traîner sur plusieurs kilomètres. Jésus subit l’humiliation la tête haute, son regard resta de marbre, lorsque le métal acéré et perfide, lui creusa des cavités à l’intérieur de ses chairs desquelles s’échappa un épais et chaud liquide rouge. Les gouttes de sueurs perlaient sur son front et la couronne d’épines commençait à mettre à vif la chair de son front. Ainsi Jésus supporta le châtiment réservé au pire criminel sans ciller, il le faisait pour son peuple, pour leur salut…

« Votre homme saigne comme une bête, cingla Judas. Qu’en pensez vous, peuple d’Israël ? Croyez-vous toujours que dieu viendra vous sauver, s’il ne vient même pas en aide à son propre fils comme il prétend l’être, poursuivit-il de manière théâtrale en s’adressant à la foule qui encerclait la croix. Viendra-t-il pour vous, après avoir laissé périr son enfant comme un vulgaire agneau que l’on saigne, afin de se repaître plus tard de sa viande… »

Judas fit un bref signe de tête à l’un des soldats qui, après avoir acquiescé, transperça d’un coup vif et rapide de sa lance, le thorax de Jésus qui ne put s’empêcher de réprimer un hoquet. On entendit les os craquer, la chair et les muscles se déchirer. Un rictus apparut sur les lèvres fines de Judas, il jubilait. Bientôt il prendrait la place de Jésus et guiderait le peuple d’Israël. Mais Jésus était robuste, il gardait la foi. Pendant longtemps, il se vida de son sang devant la foule apeurée, les regardant droit dans les yeux, le souffle court, ses poumons lui faisant un peu plus mal à chaque nouvelle bouffée d’air… Jusqu’à ce qu’il sente son heure venir…

« Peuple d’Israël, aujourd’hui je meurs pour vous… Ne m’oubliez pas, gardez votre foi en dieu, car lui il voit tout, il sait tout… s’exclama-t-il à haute et claire voix avant de succomber dans un dernier soupir. »

« Votre homme saigne et meurs… Voyez-vous en cela une quelconque manifestation divine… Jésus n’était qu’un blasphémateur ! »

Pierre qui avait observé la scène en restant en retrait, secoua la tête dépité et chagriné… Jésus était mort… Il jeta un dernier coup d’œil vers son compagnon d’autres fois qui les avaient tous trahit et qui maintenant crachait son venin sur leur sauveur, devant une foule prête à croire en chacun de ses mots… Qu’ils étaient naïfs ces paysans… Pierre s’en alla rejoindre Marie Madeleine et Abigaël, la fille cachée de Jésus… Ils avaient beaucoup à faire…


" Ecoutez donc ceci, peuple stupide et irréfléchi : avec leurs yeux, ils ne voient rien, avec leurs oreilles, ils n'entendent rien ! "




Extrait I
Cela faisait six mois que Jésus avait rendu son dernier soupir, lorsque nous quittâmes la terre d’Israël. Il fut difficile de quitter notre terre mère et ses rivages pour d’autres horizons si lointains… L’apôtre Pierre avait tout organisé, et Jésus me l’avait dit :

« Judas, me trahira. Et lorsqu’il le fera, ton avenir sera scellé. Tu devras vivre et te battre, afin qu’un jour, il puisse périr de ta main et ainsi de celle de Dieu et son fils. Marie, va. Parcours les terres et les océans, va à la rencontre des gens du pays du Nord, va à la rencontre du peuple appelé celte, implore l’aide des druides, de ce peuple brimé par les Romains. Divulgue mon message, apporte leur la foi. Mon père, Dieu, les a dotés de quelques pouvoirs magiques, ils t’aideront à faire tomber Judas, car seule la magie pourra condamner ce traître, son âme est vile et habitée par Satan lui-même… Va Marie-Madeleine et sauves-nous, protège notre enfant, elle aura une grande destinée. Mes amis, les apôtres t’épauleront et te guideront. »

Jésus avait raison, nous partîmes par la mer Méditerranée, Pierre, André, Jacques, Jean, Philippe, Barthélémy, Thomas, Matthieu, Jacques, Thaddée, Simon, moi-même ainsi que ma fille Abigaël… Notre embarcation et son équipage étonnaient les villageois des bourgs qu’on accostait pour se ravitailler. Nous étions anonyme dans ses contrées, alors qu’en Israël nous étions pourchassés comme blasphémateur.

L’Israël avait beaucoup changé ces derniers mois. Judas s’était retourné contre le pouvoir romain mise en place, grâce à l’appui de ses fidèles. Le sort qui l’avait fait subir à Jésus ne le rendait que plus sur de lui. Ponce Pilate fut exécuté, les Romains chassés. Judas prit le pouvoir, Jérusalem plongea dans les ténèbres. Les voyageurs l’appellent désormais la ville de Satan, tant elle est imprégnée du mal, elle suinte. Certains disent que Judas aurait pactisé avec le diable, il lui aurait vendu son âme en échange de la puissance. La chasse à l’homme durait depuis plusieurs mois, les paysans qui croyaient encore en Jésus étaient jugés de blasphémateur et mis au bûcher. Les Apôtres et moi-même fûmes traités comme des hors la loi. Nous fûmes traqués, épiés, dénoncés, jouant de mille ruses, pour survivre.

Le voyage dura soixante-quatre jours avant que l’on puisse apercevoir à l’horizon les côtes du pays Celtique…




Extrait II
« Tavernier, veux-tu bien nous apporter une autre miche de pain et un peu de ton vin ? » scanda Thaddée.

Voilà 6 jours déjà que nous arpentons les longs sentiers du pays Celtique en prenant garde à ne pas croiser le chemin des Romains. Ils ne portent pas dans leur cœur les Chrétiens. Comme chaque jour nous nous sommes arrêtés dans une auberge pour prendre le gîte et se reposer quelques heures. Abigaël a grandi, elle ne parle pas, ne pleure pas et cela m’inquiète, elle sent à chaque instant le danger qui l’entoure. Fatiguée, nous espérons tous en silence que notre périple prendra bientôt fin et que Jérusalem sera bientôt délivrée, pour la mémoire de Jésus…
Pierre s’entretient à l’autre bout de la table avec un étranger qui ne nous semble pas hostile, au contraire il me rappelle Jérusalem… ma ville. L’israël… mon pays. Les deux jeunes gens s’expriment à voix basse, si bien que je ne peux saisir ce qui se dit. Simon à leur côtés écoute avec intention les paroles de l’étranger et je ne peux m’empêcher de tendre l’oreille.

« … Le pouvoir de Judas a grandi. Il ne se limite plus à Jérusalem et à ses contrées alentour. On dit même qu’il préparerait une armée pour conquérir le monde. Il veut prendre la place de ces impies de Romains… Une rumeur raconte, qu’il serait tellement puissant, que lors d’une tentative d’assassinat, il ne saigna pas lorsque la lance du chrétien intrépide le transperça. Au contraire il la retira lui-même sans ciller et qu’en un simple regard, l’homme s’enflamma. Les flammes de Satan danse dans ses yeux… »

Un frisson nous parcourut et une soudaine bourrasque de vent renversa la bougie qui s’éteignit et nous plongea dans les ténèbres. Il nous fallait faire vite…




Extrait III
Au seizième jour de marche, enfin, nous aperçûmes au loin les toits fumants de foyer. Plusieurs humbles habitations s’élevaient au milieu d’une clairière, disposées en un parfait cercle. Le doux clapotis de l’eau qui s’écoule le long des roches se faisait entendre, le ruisseau paisible suivait son cours. Pierre se mit en tête du petit groupe que nous formions, son bâton de pèlerin en main, prêt à toute éventualité… Nous allâmes enfin à la rencontre des uniques personnes capables de nous sauver… Nous l’espérions en tout cas…

« Peuple Celtique, nous venons nous en remettre à vous et vous implorons de nous aidé… Délivrez notre pays du mal, Satan a revêtu la parure d’un homme et exploite notre peuple. Bientôt il ne se contentera plus de quelques martyrs, il désirera le monde. Aidez nous à détruire ce mal qui envahit le monde… » implora Pierre.

« Nous avons entendu parler de cet homme qui se dresse contre les Romains, pourquoi devrions-nous vous aider à terrasser un homme qui nous débarrasse de nos pires ennemis. »

« Car il est pire fléau que les Romain, croyez-vous qu’il s’arrêtera là. Bientôt ce sera ces partisans qui vous pourchasseront, ils connaissent votre magie et vous étudieront comme du bétail… On dit qu’il ne craint déjà plus ni les armes, ni le feu, il ne peut périr, Satan le lui a permis en échange de son âme. »

Il fallu plus de trois jours d’argumentation, de discussions, de réunions, d’interprétation des hospices avant qu’une décision fut prise… Les druides voyaient la noirceur du ciel, ils sentaient la puanteur du mal infester l’air, le monde pourrissait peu à peu.

A l’aube du quatrième jour, Frewin vint nous chercher, il nous intima de le suivre au cœur de la forêt, les sages avaient pris leurs décision. Nous marchâmes de longues heures dans un profond, mutisme, personne semblait vouloir troubler les pensées des autres, chacun ruminait les pensées les plus sombres… Ils approchaient, Judas devait savoir quelles étaient nos intentions… Les cinq druides qui nous accompagnées, coupée ça et là des plantes sans doute aux pouvoirs mystiques, chacun portaient une sacoche qui renfermait mille et un secret.

Ce n’est qu’en fin d’après-midi que nous arrivâmes à destination, le soleil diminuait à l’horizon, nous bénéficions encore suffisamment de sa clarté. Assez pour admirer l’objet de nos convoitises, un entassement architectural de pierre que les druides aimaient appeler Dolmen. Dès que nous posâmes un pied dans cette nouvelle clairière, nous sentîmes une puissante paix intérieure nous envahir et toute la beauté de la magie. C’est ici que les incantations seraient prononcées que la magie serait opérée… Nous avions réussi à les convaincre… Israël serait sauvé et Jésus vengeait.




Extrait IV
Et les 12 bagues furent forgées, protégées de la magie noire et enveloppées d’incantations… Elles devaient nous garantir la victoire sur notre ennemi, elles devaient nous procurer, force, endurance, agilité, rapidité… Nous revêtîmes ensemble les 12 joyaux… une force indescriptible nous envahi, nous plongeant dans les ténèbres et les songes de la nuit…

Les jours qui suivirent nous nous attelâmes à la construction du cercueil qui serait la prison de Judas, les druides nous avaient prévenus. Ils avaient vu, Judas ne pouvait plus être tué nous devions nous résoudre à enfermé son enveloppe charnel ainsi que son âme et sceller à tout jamais son sort et son entre… Une treizième clé fut forgée. Seules les douze bagues ainsi que cette clé réunies pouvaient le délivrer…




Extrait V
Le combat fut rude et douloureux, Thaddée et Barthélémy furent grièvement blessé, ils purent tout de même prononcer à temps l’incantation qui lia Judas l’empêchant de se mouvoir. Simon scandait la formule en boucle afin que les liens magiques qui l’entravaient ne puissent se délier, les druides nous avaient révélé un peu de leur magie. Thomas et Matthieu veillaient sur Barthélémy et Thaddée, ils devaient survivre encore… Rien n’était fini. André, Jacques et Jean partirent chercher le cercueil conçu par les druides. L’antre de Judas avait été attaqué de nuit après une quinzaine de jours de préparation, d’observation. Il était seul dans sa demeure, nous étions passés par les souterrains, les fidèles non alertés, et les quelques-uns sur notre passage, tués.

Judas fut placé dans sa prison, Marie Madeleine déposa la croix de jésus sur le front de Judas. Celle-ci s’incrusta dans sa chair, lui brûlant le front. L’incantation commença. Chacun notre tour nous nous séparâmes de nos bagues pour l'apposer à son emplacement sur le cercueil afin de le scellé, la faiblesse nous envahissant peu à peu, mais nous continuâmes. Marie Madeleine fut la dernière a retiré sa bague, c’était elle qui détenait la treizième clé.
Elle s’entailla la main afin d’offrir un peu de son sang, elle en imprégna la clé, qu’elle enfonça avec force et conviction dans son emplacement au centre. Les cris de Judas se turent, un immense halo de lumière éclaira l’assemblée, Marie s’effondra inerte. Elle avait donné sa vie pour enfermer le responsable de tout nos maux.

La bague fut restituée à sa fille Abigaël, son sort été scellé, comme l’avait prédit Jésus, elle devait veiller à ce que plus jamais Judas ne puisse réapparaître. Le destin de chacun de nos descendants était tracé. Ils sont condamnés à veiller sur l’équilibre du monde…

Les fidèles de Judas furent condamnés à errer pour l’éternité. Ils avaient choisi l’ombre, les ténèbres, le monde de Satan, plus jamais ils ne pourront revoir la lumière du jour… Ils ont bafoué les signes du Christ, ils ne supporteront plus la vue de sa croix… Ils sont condamnés pour l’éternité et ceci au prix du sang de Marie Madeleine…

Pierre

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sanctumbellum.forumactif.com
 

♣ ANNEXE : Le Livre de la Sainte Marie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sanctum Bellum :: PROLOGUE ::  IL ETAIT UNE FOIS ::  L'HISTOIRE-